Trouver un casque de ski sécuritaire
casque-ski-1.jpgcasque-ski-2.jpgcasque-ski-3.jpgcasque-ski-4.jpg

Casque de ski confortable et stylé

Casque de ski

Bien qu’il ne soit pas considéré comme un sport extrême, il comporte cependant un risque pour le skieur de faire une chute, d’avoir une collision avec un autre skieur, raison pour laquelle, la pratique du ski ne peut se faire sans le port d’un casque ski afin d’optimiser la sécurité des skieurs et des pistes de ski.

Comprendre l’importance du port du casque ski

casque skiÀ l’exemple du vélo qui est un loisir sportif apprécié et pratiqué par tous, petits et grands, le ski nécessite le port d’un casque ski. Cette nécessité tend à devenir une obligation en raison de l’existence des risques d’accident courus par les skieurs. En cas de choc, seul un casque de ski peut en réduire ou éliminer les conséquences. Les autorités déplorent que beaucoup de personnes n’aient pas encore pris conscience de la nécessité du port d’un casque lorsqu’ils pratiquent certaines activités dites de loisirs tels que le ski, le vélo, le patin à roues alignées, l’équitation, la planche à roulettes, etc. Les enfants courent le plus des risques en pratiquant le ski, on estime à 55% les risques d’accident chez les enfants de moins de 5 ans et un petit peu moins, pour ceux âgés de plus de 5 ans jusqu’à 10 ans. C’est la raison pour laquelle le port du casque ski enfant doit être un véritable réflexe. Le casque de ski, comme tous les autres types de casques, est composé de trois parties, la calotte qui est la partie externe du casque et qui permet la répartition des ondes liées au choc subit, le rembourrage protecteur qui se trouve sous la calotte et permet d’absorber l’énergie de l’impact (choc) et le rembourrage de confort qui permet d’assurer un confort optimal à l’utilisateur du casque ski.

Que prévoit la réglementation concernant le casque de ski?

La directive de la communauté européenne CEE n° 89-686 prévoit que le casque ski, comme tous les casques liés à des activités de loisir et sportives à risques, répond à certaines exigences de sécurité. Ainsi, un casque de ski doit avoir subi une série d’essais avant d’être mis à la vente. Ces essais doivent être des essais d’absorption des chocs, des essais de résistance à la déformation et à la pénétration, des essais de tenue du casque notamment au niveau de la sangle (lorsqu’on l’arrache ou qu’elle est arrachée). En outre, le casque doit pouvoir permettre l’identification du skieur aussi bien en journée que dans la nuit grâce à des matériaux réfléchissants blancs ou oranges.

Acheter un casque de ski

casque skiLorsqu’on achète un casque ski dans un circuit de distribution spécialisé ou sur un site web marchand, il est important de vérifier que la calotte du casque soit marquée par les informations suivantes : la taille du casque, la marque du fabricant, l’indication de la masse du casque en grammes, la date de fabrication du casque (mois et année). De nombreux modèles de casque ski dont les modèles de casque ski Salomon sont parmi les meilleures références du marché. En outre, le casque ski doit être estampillé du label NF, EN ou ECE avec le numéro de licence et la date de fabrication du casque. Le casque ne doit pas se prendre sur un coup de tête. Il est important de l’essayer avant de le choisir, car son port ne doit pas comprimer les oreilles ni empêcher le port de lunettes, il doit être à la bonne taille et ne pas être difficile à enlever. Les casques de ski doivent être estampillés du label EN 1077, et peuvent être utilisés selon qu’on fasse du ski ou de la luge. Pour optimiser la sécurité que ces casques confèrent, il est aussi important de bien les utiliser, en ajustant correctement la jugulaire par exemple, en évitant de modifier ou de décorer le casque avec des autocollants ou de la peinture, éviter de les nettoyer avec des solvants et points importants, changer tout de suite le casque en cas de choc important.

Faites-nous part de vos commentaires ou questions

Aucun commentaire pour le moment